Home contact general
mentions legales
nos sponsors
Historique marque
modeles trial
modeles enduro
modeles route, trail, mopeds
annonces
boutique
documents techniques
fanticotheque
essais
nos dossiers
contacts
adhesion
vie du club et sorties
competition a l’ancienne
restaurations
galeries de photos
liens
Logo Fantic
/ Compétition à l'ancienne / Aubusson 2007

15 avril - L'Aubussonnaise Classic 2007

 

 

Première épreuve du Trophée 2007, L'Aubussonnaise s'est déroulée dans le gras, spécialité limousine. Elle a fait pas mal de victimes parmi les Fanticmen (et les autres), problèmes méca et physique. Une chose est sûr, tous s'accordent à dire que l'organisation était d'une grande efficacité. Le tracé était jugé bien sélectif, un peu trop pour certains, surtout par rapport à la première édition en 2006.

 

Côté bons points, on souligne de suite les belles prestations de Daniel Théric, 3eme C2 et Fred Darcis, 3eme C3A.

Bravo les gars !

 De son côté, Philippe Garin touche 7 points pour sa 9eme place en C3A. Jean-Marc Donnat se place 89eme au scratch en catégorie PF.

 

 Le mot d'Angel, le coach de la Squadra Fantic

 

"Epreuve géniale pour ceux qui ont fini (et qui aimé la boue !). Moi, j'ai encore cassé mon bijou (apparement la butée d'embrayage et j'ai perdu l'ecrou de l'axe de roue arrière - d'ailleurs si qql un en un ! ! ! - Bon, j'ai repris le rôle de coach avec moins de succés qu'à Brioude,  M bonifay et H Roccia ont bachés... Le parcours était tres bien, dur juste comme il faut (oui je sais j ai fait qu un tour).

Très bonne organisation, grosse ambiance le samedi soir, bref, encore une fois que du bonheur... !                  

 Angel Sanchez"

 

Le mot du blessé : JM Molines

 

 

"Mon témoignage concernant Aubusson est assez restreint car après 1/2 heure de roulage, j'ai fait une chute ; résultat : luxation de l'épaule gauche, abandon... Je ne peux donc pas faire beaucoup de commentaires sur le circuit qui me paraissait bien agréable sur les premiers kilomètres.

Par contre au niveau organisation, rien à redire, tant au niveau administratif, accueil que restauration. Tout le monde était très sympa.

Malheureusement je n'ai pas eu le temps de voir les autres membres du club Fantic France sauf Angel.           

Jean-Marc Molines"

 

 Le mot du chanceux : Phlippe Garin

 

 

 

"Samedi, le pauvre Hervé a passé son après-midi à mettre son Fantic au point. Problème d'allumage puis d'embrayage, puis re-allumage (clavette cisaillée en deux) etc. il a tout eu !, "quand c'est pas le jour, c'est pas le jour" .

Enfin, tous les membres de l'équipe ont apporté leurs parts de savoir et d'aide et la moto a pu rentrer au parc dans les temps. Pour oublier tout ça, on a passé une super soirée de rigolade (un peu arrosée!).

Dimanche, la course : en essayant de rouler tous ensemble, on arrive juste dans la minute pour pointer au premier CH. Il va falloir être plus vigilant pour le reste. Malheureusement, nous n'aurons pas la possibilité de l'être. Angel casse son embrayage entre le CH1 et le CH2. Après la casse d'Angel, pour être sûr de pointer correctement, je suis obligé de laisser Michel et Hervé et de rouler tout seul. Au CH2, Michel abandonne et j'apprends au CH3 que Hervé a encore quelques problèmes avec son nouveau moteur. Il finira par décrocher lui aussi.

Finalement, c'est moi qui ai eu le moins de problème, j'ai réussi à pointer tous les CH a l'heure et finir la course sans problème. Je me suis répandu quelques fois dont une dans la première spéciale (qui n'était même pas chronométrée...!) mon garde-boue avant a explosé en petit morceaux . Heureusement, mon collègue qui nous faisait l'assistance avait acheté un Falk à la bourse d'échange et il a vite trouvé son utilité quand je suis arrivé au ravitaillement du CH1 !                   

Philippe Garin"

 

 Le mot du maudit : Hervé Rocchia

 

 

 

Et voilà, c'est déjà passé ! Encore un bon week-end malgré toutes les difficultés rencontrées. Tout d' abord, toujours trop de travail, donc la préparation se fait le soir très tard et forcément, tu fais des conneries !!! Je vous raconte ma semaine et juré, c'est pas un GAG !

J'ai voulu mettre une nouvelle boite. Donc comme je fais toujours, démontage en règle, nettoyage et inspection de tous les éléments puis remontage avec bien sûr, roulements, spys et joints neufs. Ca a mal commencé dès le remontage. Une fois la boite fermée, je casse l'axe de fourchette qui se serre coté embrayage! Je démonte et remonte un nouveau ( merci Michel ) En remontant l' embrayage, j'ai une hésitation avec le nombre de disques que j'ai remonté. Je regarde la parts-list et apparemment, un disque en trop (?). Je redémonte et l' enlève et referme, tout est apparemment ok.

Une fois la moto remontée, c'était déjà jeudi soir et là, je vois qu'il y a pas d'allumage ! Je redémonte , refait les câblages, rien... Alors, pour pas travailler toute la nuit, on décide de concert (avec Michel - Philippe - Angel) de monter la moto en panne et de réparer avant la mise en parc fermé...

 

Une fois arrivés ( 7 heures de bagnole, putain c'est loin !), on essaye l' allumage neuf (merci Philippe), et là , rien ! Alors on cherche et on s'aperçoit que le kick n'entrainait pas bien fort le volant, alors on remonte mon allumage et couche la moto sur le côté (because l'huile de boite) et démonte le carter d'embrayage car il fallait bel et bien le disque que j'avais enlevé, les boules ! (merci la part - list). Une fois remonté, ça kick comme il faut, et là, pas d'allumage...

On redémonte mon allumage , et installe le neuf de Philippe à nouveau , là c'est ok, le kick entraine bien et l'étincelle est là. On remonte, ça démarre super et là, ça pétarade de tous côtés ça claque et ça cale, impossible de redémarrer et plus d'allumage.

Redémontage, et on voit la clavette neuve (du jamais vu pour personne) sectionnée en 2 : une partie est restée dans le volant, et l'autre dans l' axe ! On remet une clavette et là ça part.

La moto est rentrée au parc fermé et acceptée de justesse car on avait pas eu le temps de rebrancher les phares

Ca aurait été con de se taper 7 heures de route et toute cette mécanique pour rien ! Le lendemain départ, SUPER !

 

Au bout de deux bornes, la moto n' avance plus, elle patine, plus d'embrayage, c'était le pompon..., et si j' ai pas pété une durite, j'en péterais sûrement plus jamais !

Tout seul au millieu des chemins, je rejoins la route et pousse la moto pendant quatre bornes, j'étais MORT arrivé à la voiture. Enervé, je redémonte le carter allumage et desserre complètement la vis de butée d' embrayage et là, ça repart ! On avait fait ça trop vite...

Ensuite,  ENFIN CA ROULE SUPER malgré le fait que le parcours est trop dur et ne convient pas aux anciennes. Le club a déconné, et il y avait beaucoup de personnes pas très contentes du tracé. Il y a eu énormément de motos cassés, et pour moi, c'est pas ça le rétro, il y a quand même un minimum. Ensuite, les vitesses devenaient de plus en plus dures, et à la fin de la 3ème boucle, je pouvais plus les passer, il aurait fallu une masse, là, je rentre et du coup ABANDON...

 

Bilan, vous n'allez pas le croire mais suis quand même super content car les membres du club se sont retrouvés et on s'est bien marré, dès le samedi soir d'ailleurs, avec un apéro pas très sportif et le repas assez arROSE...         

Hervé Rocchia"

 

Le mot d'un père qui a souffert

 

"J'étais parti pour une promenade comme en 2006, mais aprés m'être tanké dans une côte se terminant par un rocher au 3éme CH, l'aiguille est montée dans le rouge. Une deuxième petite côte se terminant par une racine (que j'ai franchi facilement au premier tour) a fini de faire monter la pression (lorsqu'il a fallu que je pousse la moto à travers les bois)... J'étais physiquement à bout et me suis trainé jusqu'à l'arrivée. A part ça c'était super ! J'ai été heureux de faire la connaissance d'Angel Sanchez et Philippe Garin.       

Jean-Marc Donnat"

 

Le mot du fils qu'à pas de bol

 

 

"La course a été courte pour moi et mon caballero! En effet, c'est dans le premier bourbier à racine juste aprés la spéciale 1, qu'une chute sur une pierre m'a littéralement arraché le robinet d'arrivée d'essence du réservoir... Je m'attendais à une course plutot zen, de ce qu'on m'en avait dit de l'année précédente, mais ayant suivi l'assistance de mes collégues le reste de la journée j'ai constaté qu'ils étaient plus crevés que l'an passé. J'ai donc regretté de n'en avoir pas plu chié dimanche! La course était à ce qu'on m'a dit belle et assez sportive (pour une retro).            

Guillaume Donnat"

 

Le mot d'Andreani qui se régale

 

 

Un premier mot tout d'abord à l'organisation qui nous a concocté un parcours splendide ; je leur adresse tous mes remerciements et souhaite de tout coeur revenir dans ce coin béni des dieux enduristes l'année prochaine.

A la différence de mes collègues du club, je me suis engagé aux côtés de mes 7 autres pôtes du "freine tard racing team", un team de copains girondins créé un soir de libations par l'un d'entre eux et réservé aux pilotes d'anciennes. C'est bien connu, l'alcool bû modérément bien sur, aide à freiner tard, voire très tard.

 

A la différence de mes collègues pilotes de FANTIC, je me suis ré-ga-lé y compris dans les difficultés techniques, que pour ma part, j'ai trouvées parfaitement au niveau de nos engins ; Il faut rappeler à certains qu'un 80 fantic, même si c'est fragile, est une "arme redoutable" dans les ornières et les bourbiers. Ca passe partout, à fond et ça survole les racines. Je suis arrivé à tous les CH avec 15/20 minutes d'avance sur l'horaire prévu par l'organisation, laissant ainsi le temps de se restaurer et mécaniquer légèrement. En revanche, la poisse ne m'a toujours pas lachée. A Brioude, je serre dans la 1ère spéciale et suis contraint d'abandonner après 20 minutes de course.  A Aubusson, j'attaque comme un fou et...déraille dans la spéciale 1 du CH1 du second tour. Je perds ainsi 21 minutes au chrono et sors de la spéciale avec le dernier chrono au scratch, bien entendu.

Malgré les 21 minutes perdues, et avec la rage (c'est malgré tout costaud un 80, avec ce que je lui ai mis dans la tronche...), j'arrive à pointer dans la minute au CH...mais je n'ai pas le temps de faire le plein. Je repars, avec l'intention de terminer le dernier CH et la dernière spéciale, à l'économie avec à peine la moitié du plein. Je tombe en réserve au milieu du dernier CH, après la spéciale. Je commence à angoisser sérieusement. Et là, enfin la poisse me lâche. Je termine sur le couple (sic !), finis la course avec 10 minutes d'avance sur le chrono idéal et avec un dé à coudre de super dans la cuve du carburateur.

 

Je garde un souvenir magnifique de cette course, avec un superbe parcours en sous-bois, deux ou trois difficultés techniques nécessaires pour faire la sélection (j'en veux un peu plus l'année prochaine s'il vous plait) et une ambiance sympa. RDV au prochain enduro rétro - Besancon. J'espère pouvoir finir la course sans problèmes, cette fois.            JR Andreani"

 

 

 Quelques Photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à Jean-Marc Oziol pour son aide et aux pilotes pour leur participation

Christophe Darras