Home contact general
mentions legales
nos sponsors
Historique marque
modeles trial
modeles enduro
modeles route, trail, mopeds
annonces
boutique
documents techniques
fanticotheque
essais
nos dossiers
contacts
adhesion
vie du club et sorties
competition a l’ancienne
restaurations
galeries de photos
liens
Logo Fantic
/ Restaurations

200RC 79 La brêle du Prez

J'ai quitté Marseille avec ça sous le bras + un bas moteur et des garde-boue, plein de courage et la fleur entre les dents !

Il m'aura fallu pratiquement deux années pour pouvoir mettre un premier coup de kick à cette craquante 125 RC modèle 1979. Ce qui la différencie des autres est un moteur qui cube 157cc mais commençons plutôt par le début.

Pour faire bref, j'ai toujours roulé sur un minimum de 175cc et n'ai jamais été à l'aise sur les brèles ON/OFF. En tant que prez du Club Fantic, je me voyais mal me présenter au départ avec une 250 HVA, j'aurais subi des violences légitimes de la part de certains de la Squadra Fantic.

J'avais bien en tête des types qui roulaient à l'époque avec des 125 RC gonflés mais je n'avais pas la moindre source d'info concernant les modifs. Des rumeurs parlaient de cylindres de 200 trial, d'autre de réalésages musclés chez Fantic Italie pour accueillir un piston de 200 trial.

Dans le même temps, Hervé, marseillais de son état, cédait des bouts de 125 Caballero pour une somme qui, incroyable, rentrait dans mon budget tiers mondiste. En clair, je pars avec un cadre sur roue, un réservoir, des garde-boue et un bas moteur en bon état. Les dés sont jetés.

 
 Comme je le fais pourtant sur mes trials, j'aurais dû monter la moto une première fois avec des paramètres uniquement mécaniques, la démonter puis passer à l'étape esthétique. Mais voilà, pour X raisons, j'ai laissé de côté la règle d'or pour attaquer tout de suite la restau d'où quelques petites erreurs sans gravité mais qui auraient pu être évitées. L'homme est imparfait, surtout moi... Je précise aussi que je veux faire une moto pour rouler en enduro, une moto efficace. La priorité n'est pas ici donnée à la restau 100% d'origine. Ce n'est pas le même travail, l'optique est différente.

 

Préparation du cadre avant sablage avec ouverture de la fixation moteur inférieure arrière.

 

 Donc première partie, préparation du cadre pour la mise en peinture. Ouverture des pattes de fixation moteur arrière inférieure, comme pour le modèle suivant. Pour du solide, pas de secret, une epoxy polyester cuite au four après un bon sablage en règle. Les bagues plastique sont à ôter absolument, elles fondent au four... Ah le rouge Fantic est un RAL3000. En fait, je l'ai su après coup. J'avais demandé un 3002 qui est un poil cerise, pas moche du tout. De toute façon sur les Fantic on ne retrouve quasiment jamais le même rouge. Sur une même moto, on observe déjà plusieurs rouges, alors d'une série à l'autre...

Montage du bas moteur refait

Deuxième partie, pose du bas moteur dans le cadre. Dans le même temps, il a fallu définir une ligne directrice concernant le haut moteur. La taille des transferts du cylindre trial me laissant perplexe, je décidais de tenter la voie "usine", c'est à dire de réaléser un cylindre d'origine au diamètre du piston de 200 trial. Olivier Jean me confirmait que le cylindre 125 pourrait supporter la mutation sans problème apparent. Achat du piston neuf + réalésage et Nikasil du cylindre, le budget prend une belle claque dans les dents. Sympa, Angel me procurait un cylindre HS qui convenait parfaitement.

Retour du cylindre de chez Revaltec, il a fallu reprendre les bavures des lumières à la pierre à poncer... Séquence émotion : pose du haut moteur cubant 157cc.  Magique ! La culasse est celle du 200 qui possède une chambre plus volumineuse ; les gaz seront plus compressés avec celle du 125, c'est au choix. Un tour moteur pour voir et... misère, le piston tape dans le carter ! Quoi t'est ce que c'est ?  Deux petits ergots stoppent net la course du piston. Ayant remarqué que ces ergots sont absents sur les carters d'un 200 trial que j'avais sur une étagère, je me suis résolu à permuter les carters. J'aurais pu tout aussi bien gommer ces ergots mais, de toute façon, il fallait tout ouvrir. Habitué aux ultérieurs moteurs Fantic, je découvrais les "joies" des ressorts, billes et rondelles multiples dans tous les sens au démontage.

Pose du cylindre 125 RC réalésé à 62mm, youpi !

Le piston butte sur les ergots du 125 qui sont placés différemment

Pour le remontage du bas moteur, je ne pris pas le moindre risque d'erreur en le confiant à Philippe Garin. Je pouvais dormir sur mes deux oreilles et arrêter de cauchemarder d'une boite qui explose à 11.000 tours.

Grâce à Angel, grâce à Philippe, je trouvais les pièces nécessaires à la poursuite du remontage des périphériques : échappement, tringlerie complète de frein arrière, phare, allumage, carte grise, etc...Je vous passe les détails du troc avec des gens qui résident dans le 31, le 91 et le 69..., voire le 13 pour la base de départ. Hervé, qui d'ailleurs me trouvait une paire de Marzocchi 680 dont l'hydraulique sera refait impeccablement par Olivier dans le 83. Vive la France, vive le club ! JP se souvenait d'une paire de repose-pied neuve rangée quelque part il y a 30 ans dans la maison de ses parents, elle y était toujours !

Le mikuni VM32 alimenté par la grosse boite du Brissoni Replica.

Étape suivante, l'alimentation : j'avais déjà repéré qu'il y avait pas mal de 125RC qui avaient du mal a carburer correctement avec le Dell'Orto d'époque. Donc le carbu neuf s'avérait indispensable sur une machine plutôt pointue à régler surtout avec le SP98. On sait que déjà à l'époque, certains pilotes changeait au moins l'aiguille et son puits à chaque course. Vu le prix d'un Dell32 neuf, mon choix s'est orienté vers un Mikuni qui présente aussi l'intérêt de mieux marcher en bas et à moyen régime. Par contre le Dell est plus à l'aise en haut, c'est sûr. La pipe est gardée mais son manchon est remplacé par un modèle pour Bultaco. Côté filtre, ça se corse ; le manchon ne va plus et l'entrée du filtre est vraiment trop décalée. Il aurait fallu repositioner joyeusement cette entrée ce qui aurait déporté la mousse de filtre trop contre la paroi de la boite : mauvais. L'autre solution, monter une boite à air du modèle 1981. Plus volumineuse et dotée d'une entrée centrée. Cette nouvelle boite rentre dans le cadre à condition de plier certaines des pattes de fixation de la boite d'origine. Il faut refaire tout de même la face côté carbu ; l'entrée n'étant pas très très en ligne. Au final, un soufflet de cardan VL universel (magasin ADpro) assurera la liaison filtre/carbu. Un câble d'accélérateur de 125 SWM remplacera l'origine qui ne va plus. Et pour finir la bavette de garde-boue du Brissoni trouvera impeccablement sa place.

Le guidon est un "enduro haut" de chez Renthall. Un bon dessin qui rappelle l'origine. Une très bonne position assise pour mon mètre soixante treize mais une position debout que je juge mauvaise mais quand même moins que d'origine.

Pas d'origine les Domino remplaceront les Magura ISDT

Les leviers ne sont pas des ISDT  d'origine, introuvables et hors de prix mais des Domino Endross de meilleure qualité avec la même molette de réglage. La poignée est une Domino tirage rapide plutôt destinée aux trials mais je pourrai changé facilement si ça ne convient pas trop. A priori, ça le fait.

Difficilement trouvable en France, la transmission est maintenant disponible chez Bmz, c'est quand même plus pratique. Le tendeur de chaîne est fait maison à partir d'un modèle de 200 trial et d'une roulette. Dénué d'origine de protection, un patin modifié de 240pro évite que la chaîne ne vienne limer outrageusement le bras oscillant.

Le système de commande reculée du sélecteur était absent sur mon épave. Étant habitué à rouler sur les trials, le fait d'avancer un peu le pied pour changer de rapport n'est pas un handicap pour moi. J'ai mis un sélecteur en S qu'on trouve sur le 200 trial par exemple ou sur le Brissoni.

Évidement, comme c'est une moto destinée à courir, pas d'économie : tous les roulements, les garnitures de freins, les bagues, les câbles, les joints, la visserie, tout est neuf de chez Neuf. Un Fim Pirelli à l'arrière + un Mich devant, chambres renforcées + gripsters comme il faut.

La fourche reçoit de l'indice 10 et des purgeurs sur les bouchons. Faut toujours virer le guidon sur ce modèle mais c'est un peu plus simple que d'avoir à trimbaler une clé 30 !

La selle n'était pas bien belle, housse d'origine déchirée et coque alu à reprendre au tas. J'ai choisis de garder la mousse qui semblait vouloir durer encore un peu. La housse est de celles vendues par le club. Je la laisse au soleil pour la souplesse et la tend bien fort dans la mise en place, ça se fait très bien. Entre le bloque de mousse et la housse, j'ai mis une épaisseur de matériaux synthétique qu'on trouve dans les isolants minces d'habitation.

Je n'avais rien non plus concernant l'habillage : plaque phare, et plaques latérales sont en poly et viennent de chez Pascal Thillois. Les garde-boue pas trop moches sont gardés en attendant les vrais. Un StillMotor d'époque à l'arrière et un Fantic avant du modèle 81. Pour la peinture, j'ai mis le paquet avec un polyuréthane RAL 3002 (comme le cadre), passage à l'étuve, ponçage, pose des autocollants et vernis high quality par dessus. Les yeux de la tête, rapport à la quantité, mais c'est beau ! Le chouette bouchon de réservoir chromée vient d'une Rocval mais on peut se servir aussi sur une Motobec ou Motoconfort pour dépannage.

Après quelques tentatives pour trouver un silencieux d'origine en bon état et à prix humain, je laissais tomber et m'orientais vers un modèle alu de bonne facture et reconditionnable proposé par rotax.be. Pas cher, ce silencieux à absorbtion est particulièrement silencieux, bon point. Il a fallu faire réaliser un tube alu de jonction avec le pot principal. Deux manchons d'étenchéité et le résultat est pour moi très satisfaisant.

Jour J, l'angoisse d'un accouchement (enfin presque)... Après quelques échanges de bobines pour enfin avoir une étincelle, la bestiole se laisse enfourcher pour quelques coups de kick avant son premier cri. Après une petite retouche au carbu, le moteur tourne impec ; allez, embrayage, 1ere, c'est ok. 2eme, 3eme, je fais chauffer dans le jardin puis on stop tout. Retour sur le pont pour analyse, resserrage de culasse, etc... Mais avant : Champagne ! (en fait, Clairette de Die, je n'avais plus de tune !)

Je lui trouve une bonne gueule à cette petite moto - Bientôt la béquille...

Pour l'instant, mon allumage est un Dansi de 125 trial. Le volant fait un kilo de plus. Les tours viennent moins vite. Par contre, j'ai une moto qui semble puissante en étant docile, très souple, avec bien plus de couple que le 125. Faudra essayer avec un allumage RC pour voir la différence.

Depuis, j'ai fait quelques belles randos variées et j'avoue que ce kit transforme la moto d'une façon que j'adore. Partie-cycle typée 125, légère, joueuse, très saine et moteur moins fatiguant. Pas encore une 250 c'est sûr mais plus une 125.

Pour parler argent, ça va être rapide, c'est bien plus cher que d'acheter une moto toute restaurée par un fou comme moi. Ceci dit, je n'avais pas du tout 3500 euro ou plus en poche et comme je ne prend jamais de crédit, je n'avais pas vraiment d'autre solution. De plus, les 200RC ne courrent pas les rues ni les chemins...

Méga MERCI à tous les gens bien du club qui m'ont très sympathiquement épaulé dans cette aventure. Remerciements particuliers à Angel Sanchez et Phil Garin  A Georges de l'Atelier BMZ.

Evolution à suivre ici même

Octobre 2009 = garde-boue neufs ; béquille centrale neuve ; sacoche de réservoir ; barre d'ancrage de frein avant maison. La fourche trop dure pour moi est modifiée avec un passage d'huile supplémentare, 250 cc d'huile W5. J'en ai profité pour peindre les fourreaux. La chaîne Regina renforcée à déclaré forfait après une seule course. Pour l'enduro de Gap, j'ai juste eu le temps d'installer la veille une Regina neuve à joints toriques. J'ai fait toute la course sans avoir à retendre celle-ci, super! (140 mailons - 428 - 13x60).

 

Mai 2010 = Ayant essayé un 125 RC équipé du cylindre 200 trial, j'avoue avoir été séduit par le couple disponible.

Je décidai de tenter l'expérience et d'en profiter pour régler des petits problèmes de bas moteur comme le remplacement de la bielle par une neuve et un contrôle sévère de la sélection qui me causa des petits ennuis en course.

Un piston neuf est donc envoyé chez S3 avec un cylindre de 200 trial par l'intermédiaire de BMZ. Pendant ce temps, les ateliers Garin, près de Lyon, s'occuperont de caler la boite aux petits oignons et du centrage parfait de l'embiellage. Le vilo tournera sur des roulements Celeron, bien plus cher mais quasi obligatoire sur une moto destinée à la compétition.

L'allumage du trial n'a plus lieu d'être avec ce haut moteur et est donc remplacé par le Dansi origine RC.

 

CALE PINCES

Les repose pieds de ce modèle me semble bien perfectibles. Je m'aperçois qu'il suffit d'enlever le fer plat sur le tube de cadre pour pouvoir installer ceux du Brissoni ou du 240pro et ainsi de bénéficier de cale pinces plus accrocheurs et REPLIABLES, un luxe aprécié par les commisaires de la FFM !

 

Ma fourche était à l'origine cassée au niveau d'un joint spi (sans doute un coup de tournevis malencontreux). Olivier Pauli me rechargeait l'éclat à la soudure alu et finissait par un passage au tour. Malgré ce beau travail, le spi rendait l'âme rapidement. Sur les conseils avisés du Docteur Garin, j'ai retendu d'un demi-centimètre le ressort de mon spi. Je devrai attendre l'enduro d'Auroux pour voir si ma fourche tiendra le coup (elle tiendra nickel).

Rouler avec des amortos d'origine (Marzo, Sachs) relève un peu de l'aventure : les pièces ne se trouvent pas facilement et la fiabilité précaire pose problème. Ainsi mes Marzo 680 à l'hydraulique parfaite ont vu leurs vessies explosées au bout de deux courses... Chez Sachs, les hydro-cross une fois dégonflés vous mettent par terre un week-end d'enduro.

Bref, le club Fantic et l'importateur des amortisseurs Falcon/YSS ont passé du temps à mettre au point un amortisseur qui correspond complètement à ce modèle de 125 RC. Angel Sanchez ayant grandement participé aux essais.

Sans pouvoir rouler immédiatement, une paire est montée sur mon RC, en attendant c'est joli !

 

 

Juin 2010                     SABOT

Des réflexes de trialiste m'ont poussé à poser un sabot de protection digne de ce nom, celui d'origine étant plutôt un pare gravier... Dans mon stock de pièces, je tombais sur un sabot neuf acheté sur une broc dont la courbure est exactement celle du 125 RC. Il a fallu bosser dessus pour refaire des pattes de fixation avant. Celles arrière d'origine conviennent parfaitement en plaçant une petite entretoise entre la patte et le sabot.

 

 

FILTRE A AIR

Deuxième support de filtre

Dans les enduro poussièreux et vu le prix de refection d'un moteur, il n'est pas superflu de pouvoir changer rapidement la mousse au CH.

Par contre, il n'est pas aisé de trouver ce support de filtre mais il n'est pas difficile d'en fabriquer un. Il restera à monter dessus une mousse pré-imbibée avant la course.

Je rappelle que mon système de filtration vient du Brissoni Replica, cela ne concerne donc pas les filtres de 78 à 80.

La base est un manchon PVC femelle/femelle de diamètre 100

C'est un élément de goutière trouvable dans tous les magasins de bricolo

On coupe le manchon à 70mm

On découpe à la scie sauteuse des rectangles de 48mm de large sachant qu'il faut laisser 5mm de matière partout

Le couvercle est réalisé dans un tole d'alu de 2mm (je fais avec ce que j'ai sous la main). Le diam extérieur est identique à celui du chassis PVC (105mm). On ébavure bien le tout pour éviter d'abimer la mousse

 

 

Grand jour, le bas moteur que j'avais mis dans les mains ôh combien expertes du Doctor Garin me revient. Bielle neuve, roulements de vilo Celeron, le tout calé mieux que le neuf. Un cylindre de 200 trial est nikasilé par S3 (beau travail) et reçoit un piston neuf. Dans cette première étape, il est monté tel que, sans réusinage des transferts. La jupe du piston est simplement raccourci d'1mm pour plus de sécurité (quand on voit l'espace qu'il y a entre le piston et les masses du vilo au pmb...., ça fait peur !).

Mon copain Pilou qui roule déjà sur cette configuration optimisée par Gégé Delon, a opté pour une ouverture du conduit d'admission qui sera ajustée à la taille de la pipe de 32. On pourra bientot comparer efficacement nos deux motos.

En attendant, j'essaie de ne pas céder au remontage rapide pour privilégier la qualité.

L'allumage d'origine RC est calé à 1.4mm pour base de départ.

 

Finalement, avec le moteur mon petit sabot me parait impec, pas trop préminent mais assurant une bonne protection du cadre et des carters.

 

La culasse est celle du 200 trial qui possède un chambre de combustion d'un diamètre égal à celui du cylindre. La culasse du RC compresse trop ce qui entraine de bien mauvaises détonations. La culasse trial accueille une bougie à culot court contrairement à celle d'origine. Donc une NGK B9 HS remplacera la B9 ES.

 

Voilà, la bêêête a craqué au 2eme coup de kick. Le Mikuni a son règlage de base : ralenti 32.5 ; principal 200 et aiguille au 2eme cran. Elle fume un peu, c'est très bien pour le rodage ! Mélange au SP98 + 2% synthèse + 4% Proboost.

L'embrayage (neuf) patine en 5 et 6eme mais je suis à peu près certain que les ressorts trial que j'ai mis ne tiennent pas le couple. Par contre, au levier, c'est tout doux ! Le kick est un adaptable en alu. Plus court que l'origine, il assume cependant parfaitement son rôle.

Les premiers tours de roues dans le jardin montrent une souplesse de trail (on démarre facilement en 3e !!) et un couple étonnant à bas régime tout en gardant une vivacité propre au RC ; ça me parait très prometteur. La sélection est ferme et semble très précise, adieu les 32 faux points morts (merci Phil) ! Le rodage reste à faire.... Quelques enroulés de petits chemins plus loin, la différence avec le 125 est étonnante, on oublie l'embrayage et on peu rouler un rapport au dessus, du bonheur !

 

Bien évidement, pour les courses, je remet le moteur 125cc pour des questions d'assurance et par respect des catégories, même si je me fous éperdument du classement ! C'est juste pour le fun.

 

19 Juin 2010 - Enduro à Auroux, (voir le reportage) la moto est mise en condition de roulage difficile ! Après environ 50 bornes sous la flotte sur un parcours très varié, bourbiers, passages trialisants, grosses cotes glissantes sans élan, gués, portions rapides dans le gras, etc...c'est du pur bonheur, le moteur très rempli en bas et à moyen régime me permet de passer partout dans une tranquilité hallucinante. J'avais pour base un 125 RC "normal" qui roulait devant moi. J'entendais très souvent le moteur de cette dernière qui hurlait sur des difficultés alors que j'étais peinard avec un rapport au dessus.

Par contre le 200 est bien moins à l'aise en haut, c'est sûr ; je n'ai pas le coup de pieds au cul du 125. Sur les portions plus rapides, je suis tout le temps en train de chercher une 7eme vitesse.

Les 50 bornes suivantes ont été moins enivrantes à cause d'un problème de calage d'allumage (1.4mm ne convient pas, le moteur tourne parfois à l'envers au redémarrage) puis d'un problème de prise d'air quelque part, encore non trouvée à ce jour. Bon, je suis quand même content de ma préparation car pas un boulon desserré, rien a prit de jeu, même pas la chaine à joints toriques. La boite à air est super étanche et l'allumage ne craint rien (gués, bourbiers). Mon gros sabot a tapé sur quelques belles marches mais a complètement assuré son rôle, super ! Curieusement, mon embrayage ne cire plus après la période de rodage... (??). J'ai gardé les ressorts du trial et j'ai un embrayage doux, super!

 

 25/06, la pipe d'admission présente visiblement un défaut important de planéité. Elle est envoyée dans un atelier de méca générale pour rectification. J'espère que je tiens ma prise d'air... En attendant, mon carbu est démonté et passé en revue. Le gicleur principal passe à 210. L'allumage est calé cette fois à 1.2mm avant pmh

 

Septembre, le haut moteur est déposé pour voir mais tout est impeccable. Le spi de vilo derrière l'allumage présente une légère petite bosse : pas bon. Je change par aquis de conscience. Remontage et essai concluant, la prise d'air a disparue. Quand le moteur a tourné à l'envers, cela a dû produire des explosions néfastes dans le bas carter, ce qui a pousser le spi. Je retrouve ma super moto, très souple et bien coupleuse.

 

Septembre, l'enduro de Brioude, 140 km de chemins usant (voir reportage). La moto fonctionne très bien et m'aide beaucoup dans les endroits défoncés où je peux rouler un rapport au dessus. Cela ne gêne pas dans la conduite mais le moteur détone dans les descentes gaz coupés. Côté spéciales, c'est pas top car elles sont tracées large et rapide. Rentré à la maison, gros lavage, filtre à air et vidange + contrôle de toute la partie cycle, rien ne bouge. Je pose un gicleur de ralenti de 35 au lieu du 32.5 en espérant que les détonations vont disparaitre. Je change la laine du silencieux qui a laché rapidement (mauvaise qualité sans doute) Une petite tension de chaîne et basta.

 

J'en profite pour tester le frein à gauche avec ce montage brut de décoffrage. J'ai eu besoin d'un flasque de 200 trial et de l'arrêt de gaine de la même moto. Il faut ajouter un fer plat pour le tirant + une entretoise pour l'alignement. De même, la roue a besoin d'une entretoise pour son centrage dans la fourche. Résultat après essai : freinage super puissant (blocage de la roue) mais perte de progressivité ; attention, chaud dans le gras ou dans une descente de pierrier... J'ai eu des problème de garde donc j'ai préféré remonter à l'origine pour la prochaine course. Mais je pense que c'est à approfondir. Des motos d'autres marques ont été montées comme ça

10 Octobre 2010 : participation à l'enduro Historique de Mende (voir reportage). Le moteur a démarré à l'envers une fois malgré les 1.2mm d'avance (??). Il suffit d'éteindre et de redémarrer, bon c'est pas chiant mais étrange. A part ça, la moto a très très bien marché pendant les 3 longs tours. Le moteur ne détone quasiment plus à la coupure des gaz. Des passages trialisants et une spéciale lente truffée de technique, mon outil est parfait et je me régale.

Sur les chemins "rapides" en montées, je taxe quand même le 175 YZ de Laurent alors que je n'exploite pas les hauts régimes. De retour, filtre à air, gros nettoyage, examen général, rien a bougé. Va falloir que je m'attelle au problème de la régulation en haut. Frais à prévoir pour la prochaine saison : pneu arrière.

Fin de saison 2010

 

A Suivre

Chris

 Contact : chris@fanticmotor.asso.fr

 

 BONUS

Allumage

On peut monter l'allumage Dansi du 125 trial. le moteur gagnera en souplesse, en allonge. La moto sera un peu moins vive. Très sympa en rando et en liaison mais en spéciale, le phénomène de l'inertie sera un handicap quand vous déciderez de couper... A très haut régime, le moteur n'est pas à son aise avec une masse d'1kg en plus.

Si les bobines sont identiques tout comme le capteur, les platines sont dédiées.

Démontage du bas moteur en image

 (avec outillage de base)

L'allumage oté, on attaque par l'embrayage en virant les 6 vis et ressorts

 

On bloque le volant moteur

 

Ce qui permet de devisser l'écrou de la cloche et celui du pignon primaire

 

L'utilisation d'un arrache universel est conseillé pour oter la cloche

 

Même chose pour le pignon primaire

 

Avec 4 bouts de fer plat, je me suis fait un outil pour pouvoir séparer les demi carters en ligne.

Ne pas oublier d'oter les inserts dans les attaches moteur

 

Demi carters ouverts, le remplacements des roulements se fait normalement au décapeur thermique.

 

Ce petit roulement un rien pénible s'extracte en soudant un boulon de 10mm

 

En retournant ce carter, on donnera juste un petit coup de chasse pour le tomber

 Y a pu qu'à remonter